Le Japon aux Jeux Olympiques

Les 3 médailles olympiques sur le drapeau japonais jeux olympiques 2020 de tokyo

Saviez-vous que ce n’est pas la première fois que Tokyo accueille les Jeux Olympiques ?

Les Jeux Olympiques 2020, bien que reculés d’une année, ont débuté il y a quelques jours à Tokyo, capitale du Japon. À l’occasion de cet événement tant attendu, revenez avec nous sur la participation du Japon aux Jeux Olympiques à travers l’histoire.

 

Le pays du Soleil Levant aux Jeux Olympiques

 

La première participation du Japon aux Jeux Olympiques remonte à 1912, soit 16 ans après leur création en 1896, et ce, notamment grâce à la création du Comité Olympique Japonais par le judoka Jigoro Kano. Deux athlètes nippons se rendirent à Stockholm en 1912 pour représenter le pays du soleil levant pour la première fois : le sprinter Yahiko Mishima et le coureur de fond Shiso Kanakuri. Lors des Jeux suivants, en 1920 et non pas en 1916 à cause de la Première Guerre mondiale, c’est une délégation de 15 athlètes japonais qui se rend à Anvers et ramène avec elle les deux premières médailles olympiques du Japon. Il s’agit des médailles d’argent au tennis en simple et en double. 8 ans plus tard, lors des Jeux Olympiques d’Amsterdam, les athlètes japonais remportent les premières médailles d’or du palmarès olympique japonais. Ces Jeux marquent également la première participation d’une athlète féminine représentant le Japon, Hitomi Kinue. Cette dernière a remporté une médaille d’argent au 800 mètres et sa participation a vivement encouragé les femmes japonaises à s’investir dans un sport de compétition !

Chaque année, le nombre d’athlètes composant la délégation japonaise ainsi que le nombre d’athlètes féminines n’a cessé de croître, tout comme le nombre de médailles remportées par les Japonais. 

La première nomination en tant que pays hôte du Japon remonte à 1936. Tokyo et Sapporo ont respectivement été choisis pour accueillir les Jeux Olympiques d’été et d’hiver de 1940, mais ceux-ci furent annulés en raison de la Seconde Guerre mondiale. Le Japon n’a pas été invité aux Jeux suivants et n’a été réintégré par le CIO (Comité International Olympique) qu’en 1951. 

Le Japon a été pour la première fois pays hôte en 1964, à l’occasion des Jeux Olympiques de Tokyo. Ils ont ensuite eu lieu à Sapporo en 1972 puis en 1998 à Nagano. Les Jeux Olympiques de Tokyo de 2020 marquent donc la quatrième participation en tant que pays hôte du Japon. 

 

train a grande vitesse japonais sur fond de coucher de soleil
Shinkansen

L’accueil des Jeux Olympiques en 1964 à Tokyo avait une très grande importance. Elle marquait la fin de la reconstruction du pays après la Seconde Guerre mondiale et soulignait la réussite économique du pays. Cet événement a donné lieu à d’importants travaux d’aménagements à Tokyo qui, jusqu’à ce jour, font partie des plus coûteux de l’histoire des Jeux Olympiques. Les premiers Jeux Olympiques à Tokyo ont également été l’occasion de la mise en service du tout premier Shinkansen (train à grande vitesse) reliant Tokyo et Osaka, 9 jours avant le début des Jeux. C’est également en 1964 que le judo, art martial japonais, est devenu un sport olympique. Comme vous pouvez vous en douter, les japonais ont brillé dans cette discipline et ont remporté les médailles d’or de toutes les épreuves de judo à l’exception d’une seule : l’épreuve toute catégorie. Bien sûr, le judo n’a pas été la seule discipline dans laquelle les athlètes japonais ont brillé, ils ont réalisé une des meilleures performances des Jeux cette année-là, avec 16 médailles d’or, 5 d’argent et 8 de bronze remportées !

 

Le palmarès du Japon aux Jeux Olympiques

 

Depuis leur première participation, les athlètes japonais ont remporté 498 médailles aux Jeux Olympiques d’été et 58 aux Jeux Olympiques d’hiver.

On dénombre 84 médailles au judo, 98 en gymnastique, 69 à la lutte et 80 médailles à la natation. En revanche, bien que le baseball soit considéré comme le sport national du Japon, les athlètes japonais n’ont, jusqu’à présent, remporté que 3 médailles olympiques.

 

Quelques sports insolites originaires du Japon

 

enfant en kimono de karate avec ceinture de couleur
chaque grade de karate se voit attribué une couleur

Le judo et le karaté, qui est devenu un sport olympique à l’occasion des Jeux Olympiques de 2020 sont les sports olympiques que l’on associe souvent au Japon mais il existe au Japon beaucoup de sports qui ne sont pas (encore) reconnus comme discipline olympique tels que le sumo.  En effet, le sport est souvent mis à l’honneur au Japon et ce dès le plus jeune âge à l’occasion de journées sportives dans les écoles !

Aujourd’hui, on vous fait découvrir deux sports insolites qui nous viennent tout droit de l’archipel nippon : le Bo-taoshi et le Nawatobi !

 

  • Bo-taoshi

Le bo-taoshi, dont le nom signifie littéralement mise-à-bas du poteau, est très similaire au jeu de capture du drapeau.
Ce jeu a été inventé par l’Académie de la Défense Nationale du Japon et s’est répandu au point d’être pratiqué dans les écoles (bien que quelque peu modifié) avant d’être interdit car jugé trop dangereux. 

Quel est le but du bo-taoshi ? Faire pencher un poteau en dessous d’un angle de 30° par rapport au sol en 2 minutes

Le bo-taoshi réunit pas moins de 150 joueurs divisé en 2 équipes de 75 participants ! Il y a une équipe de défense, dont le but est d’empêcher le poteau de pencher et une équipe d’attaque qui doit essayer de faire pencher le poteau dans le temps imparti. Ce fameux poteau mesure entre 3 et 5 mètres !

  • Nawatobi

Vous connaissez la corde à sauter ? Et bien vous savez déjà comment pratiquer le nawatobi, un sport inventé par Masahide Ota !

En effet, nawatobi signifie corde à sauter mais désigne un sport un peu plus complexe. Plutôt que de sauter sur la terre ferme ou encore faire des figures acrobatiques en sautant, le nawatobi se pratique sur un trampoline.
Ce sport consiste à faire le plus de tours de corde à sauter possible avant d’atterrir. Ainsi, les athlètes gardent le corps bien droit et ne font bouger que la partie supérieure de leur corps et ce, très rapidement !

 

Appréciez les jeux olympiques depuis chez vous avec les produits Umami 

Comme vous avez pu le remarquer, les sports insolites japonais sont plutôt intenses et se déroulent très rapidement. 2 minutes peuvent vous sembler assez courtes mais saviez-vous qu’en 2 minutes, vous pouvez vous préparer de quoi manger avec des produits Umami

Envie d’un en-cas salé ? Vous pouvez préparer une barquette de riz vinaigré instantané sur lequel vous pouvez saupoudrer des furikakés (vous en avez pour 2m30 le temps de saupoudrer vos furikakés favoris) !

nouilles somen cuites accompagnées de sauce mentsuyu
des somen et leur sauce mentsuyu

2 minutes c’est également le temps qu’il vous faut pour cuire des nouilles de blé somen ! Ajoutez deux minutes de plus, c’est-à-dire le temps d’une deuxième partie de Bo-taoshi pour faire infuser un sachet de dashi supérieur de Makurazaki et pendant ce temps mélangez sauce soja, mirin et sucre. Une fois le dashi infusé, mélangez-le au mélange de sauce soja et vous avez une sauce mentsuyu, à déguster avec vos somen !

2 minutes c’est également le temps qu’il faut pour préparer du thé. Fouettez votre thé matcha impérial en 30 secondes, infusez du thé sencha en 1 minute, du shincha en 1 minute 30 et réalisez une 2e infusion de thé shincha en 10 secondes ! 

 

onigiri, boulette de riz avec un morceau d'algue nori
un onigiri

 

Pour vous mettre dans l’ambiance japonaise et apprécier les Jeux comme si vous y étiez, pensez aux onigiri ! Ces petits  encas à base de riz sont très faciles à réaliser ! Vous pouvez retrouver un exemple sur notre compte Instagram : Onigiri tsuna-mayo revisité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.