Festival du printemps à Nikkō : Yayoi Matsuri

char du yayoi matsuri à nikko au japon

L’année dernière, nous vous avions parlé du Hina Matsuri, le festival de mars dédié aux jeunes filles. Néanmoins, il existe une myriade d’autres matsuri tout au long de l’année au Japon. Aujourd’hui, on vous propose de découvrir l’un d’eux pour célébrer le mois d’avril : le Yayoi matsuri à Nikkō. 

Qu’est-ce qu’un matsuri ?

Il n’est pas chose aisée de donner une origine claire et datée aux matsuri. Ce genre de célébrations consacrées aux divinités peuvent, après tout, s’observer de manière quasi universelle dans de nombreuses cultures. Pour caractériser davantage le matsuri japonais, on peut néanmoins se baser sur la tradition animiste shintō, la religion majeure de l’archipel avant l’arrivée du bouddhisme par l’Inde et la Chine. Selon le shintō, tout objet, toute chose de la nature, serait habité par une force vitale ou un esprit, c’est ce qu’on appelle les kami. Les matsuri servent alors de support, de passerelle pour rendre hommage et pour mettre ces divinités sous la lumière. Bien souvent, ils restent des événements très localisés, ancrés au sein des traditions et des croyances particulières d’un village, d’où leur nombre très important. Au-delà de cette caractéristique commune d’hommage aux kami, on peut aussi noter la présence quasi systématique d’une procession au cours de ces matsuri. Pour nous, ces festivals sont surtout une opportunité touristique, une occasion de célébrer tout en découvrant le folklore singulier des villages, et pourquoi pas aussi de découvrir les spécialités des régions !

Nikkō, une ville au patrimoine historique riche

Pour accompagner les températures qui s’adoucissent, on avait envie de vous parler du Yayoi matsuri, le festival consacré à l’arrivée du printemps à Nikkō. Située à seulement deux heures de route de Tokyo, dans la préfecture de Tochigi, la ville de Nikkō peut se diviser en deux grandes parties avec, à l’ouest, des reliefs montagneux boisés importants abritant en leur sein les monts Nantai, Nyohō et Tarō qui constituent aussi 3 divinités célébrés à Nikkō. A l’est, on retrouve la vallée de la rivière Kinu, là où la majorité de l’activité urbaine a lieu. La ville est principalement connue pour ses temples et sanctuaires classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

On y retrouve notamment le sanctuaire Toshogu qui constitue le mausolée de l’empereur Tokugawa Ieyasu, le célèbre shogun membre des 3 unificateurs des provinces du Japon avant le XVIIème siècle. Lui aussi canonisé comme un kami, un autre festival qui reconstitue l’arrivée de sa dépouille à Nikkō lui est dédié : le Shuki Taisai matsuri. Un autre shogun est célébré à Nikkō : Iemitsu Tokugawa ! Le temple bouddhiste Rinnōji, lui aussi classé, constitue ainsi le mausolée de ce dernier.

Le déroulement du Yayoi Matsuri

La floraison des cerisiers a aujourd’hui lieu en avril

Plus modeste que les édifices précédemment cités, c’est pourtant au sanctuaire Futarasan que la plupart des animations du Yayoi matsuri, le festival consacré à l’arrivée du printemps, ont lieu. Par le passé, cet événement était fêté en mars, d’où son nom ! En effet, Yayoi est simplement l’ancien nom dudit mois. Toutefois, les floraisons des cerisiers, symbole incontournable de la saison, ont aujourd’hui lieu en avril. Pour mieux s’adapter à ce changement climatique, le Yayoi matsuri est aujourd’hui célébré du 13 au 17 avril.

Le festival est marqué par plusieurs temps forts : une procession de sanctuaires portatifs appelés shin’yo, un échange de saké sacré appelé miki, réputé pouvoir approfondir les relations entre ceux qui le boivent et les kami, et d’autres danses traditionnelles. Néanmoins, l’évènement principal qui marque ce matsuri reste la procession de chars appelés yatai ou dashi

La procession des chars yatai

 

Homems en train de porter un yatai un char japonais
Yatai du Yayoi Matsuri

Historiquement, ces chars servaient de signe de la présence des kami lors des rassemblements. Avec le temps et la décoration de plus en plus élaborée de ces derniers, ils sont avant tout devenus prétexte pour des rassemblements festifs. Ces yatai peuvent être portés à bout de bras ou tirés sur roues, souvent accompagnés de musique traditionnelle. A Nikkō, 11 yatai représentant les quartiers de la ville sont tirés sur roues, accompagnés par le rythme des taiko (tambours) et kane (cloche plate) sans oublier la ferveur des porteurs. La particularité première de ces chars reste leur décor : ils arborent des arbustes en fleur faits main. Les fleurs ainsi représentées sont des akayashio. Roses comme les fleurs de sakura, elles fleurissent début avril, juste avant les sakura et sont le symbole de Nikkō pour marquer le début du printemps. Au dernier jour du festival, ces chars impressionnants paradent dans la ville avant de rejoindre le sanctuaire principal de Futarasan. C’est certainement l’attraction la plus impressionnante et la plus attendue du festival. 

Les spécialités culinaires de la région

Le Yayoi matsuri est aussi appelé Gota matsuri, ou festival des ennuis. En effet, toute cette cérémonie doit être minutieusement reproduite, sans encombre ni faux pas, sous peine de jeter le mauvais sort sur les habitants de Nikkō. 

Afin d’éviter le mauvais sort, ou avant que celui-ci ne s’abatte sur vous, vous pouvez profiter de la

212 Haricot rouge Azuki 225g

période du festival pour vous régaler avec les spécialités de Nikkō. Les sake manju notamment peuvent rappeler la cérémonie sake mukae shinji où le saké miki est dégusté. En effet, ces brioches cuites à la vapeur et fourrées à la pâte de haricot rouge azuki sont, comme leur nom l’indique, parfumées au saké. Vous pouvez tout à fait simuler la cérémonie grâce à notre large gamme de saké. De plus, si cette spécialité sucrée vous a fait tomber pour les haricots azuki, essayez d’intégrer cet aliment, disponible chez nous grâce à l’entreprise Tokachi Hills, à des préparations salées comme avec notre carpaccio de radis noir, haricot rouge azuki et poivre sansho

De nombreuses spécialités préparées à Nikkō intègrent du yuba, de la peau de tofu. Cet aliment peut aussi bien se retrouver dans des préparations sucrées comme l’age yuba manju, une brioche vapeur similaire à la précédente mais intégrant cette fois-ci cette peau de tofu dans sa recette, ou des préparations salées comme les soba au yuba ou encore le yuba musubi qui consiste en une préparation de riz okowa à la viande et aux légumes enveloppée par une couche de yuba. Pour confectionner votre propre tofu, vous pouvez vous procurer des produits dédiés proposés par la société Banrai : le lait de soja spécial tofu et le nigari, coagulant pour tofu. 

080 Sirop de yuzu au miel et gingembre 185ml

Fiers de leur patrimoine, les commerçants de Nikkō proposent aussi aux touristes une brioche aromatisée au miel imitant la forme des 3 singes de la sagesse, rappel du décor du sanctuaire Toshogu. En intégrant notre sirop au yuzu, miel et gingembre, mis à disposition par Ogon no Mura, ou notre vinaigre au yuzu et miel, proposé par Sennari, à vos préparations briochées, laissez libre cours à votre imagination en façonnant des pâtisseries parfumées aux formes bariolées !

3 singes de la sagesse du Toshogu à Nikko
Les 3 singes de la sagesse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.